NOTRE ACTUALITÉ

SPACE’IBLES: Acte III

Dernière mise à jour : 18 mai

Lundi 16 mai au CNES à Paris, c’était le lancement de l’acte III des travaux de prospective de SPACE’IBLES.

SPACE’IBLES est un lieu de prospective ouverte, porté par la direction de la stratégie du CNES depuis 2017 avec plus de 200 participants aux groupes de travail.


@Adæquate Consulting a participé.

Après François Spiero, c’est Sébastien Lombard, Responsable Prospective de l’Observatoire du Spatial du CNES, qui pilote l’opération en privilégiant la pluridisciplinarité mais aussi l’innovation dans les méthodes d’anticipation.


Dans le cadre de l’acte II (2019-2021), des groupes ont travaillé spécifiquement sur les enjeux éthiques et juridiques de la conquête spatiale (questions éthiques posées par la présence humaine dans l’Espace, l’exploration et la conquête, questions de Droit posées par cette présence, anticipation du cadre légal des futures activités spatiales, responsabilités, gouvernance générale & production des lois).


Les principales raisons qui ont poussé à mettre l’accent sur enjeux éthiques et juridiques:

  • changement d’échelle des activités spatiales,

  • besoin de standardisation et de régulation des futures activités,

  • opposition philosophique et éthique apparente entre un Espace voué à la Terre et des coûts environnementaux élevés,

  • émergence en Europe d’une conscience de l’Espace durable pouvant démarquer l’Union de ses compétiteurs internationaux (USA, Chine notamment).


Pour l’acte III, ces thématiques cruciales, à l’instar des questions environnementales ou économiques, seront déclinées dans chacun des 4 nouveaux axes de travail retenus:

  1. "Tourismes et loisirs spatiaux", GT co-animé par le CNES, Mycelium Creative Studio et Ubisoft;

  2. "Spatial et économie de la donnée", GT co-animé par le CNES et Futuribles;

  3. "Spatio-ports de demain", GT co-animé par le CNES, le GERPA, le Centre Spatial Guyanais;

  4. "Infrastructures spatiales", GT co-animé par le CNES, Dassault et Le Comptoir Prospectiviste.

Les groupes vont travailler de septembre 2022 à mai 2023 et les résultats seront valorisés et largement diffusés.


A l’heure des ruptures, où anticipation rime avec exploration de l’inconnu et réflexion sur l’avenir souhaitable, l’axe 1 semble particulièrement innovant. En effet, alors que les vols spatiaux touristiques financés par des milliardaires américains ont défrayé la chronique durant l’été 2021 avec offuscation des défenseurs du climat (le décollage d’une navette spatiale émet en une minute autant de CO2 que le vol d’un avion entre Paris et New York), la prospective invite à se pencher sur le concept même de tourisme spatial en réfléchissant bien au-delà du vol physique.


Ainsi, accompagné notamment de Jacques Arnould (expert éthique au CNES) et en intégrant une forte dimension environnementale, le groupe sera amené à réfléchir sur les concepts de tourismes, de loisirs et de voyages pour anticiper ensuite leurs intersections avec le spatial. Et si l’on pensait aussi à distraire les travailleurs de l’Espace vivant une bonne partie de l’année (et peut-être un jour, à vie) loin de la Terre… Des acteurs comme Ubisoft, Décathlon, Disneyland, ADN Tourisme, Selectour Space Institut, Virgin, Axa… des designers et des architectes participeront à l’élaboration de scénarios qui seront retranscrits par des artistes sous la forme de récits, de croquis et de dessins.


Parmi l'équipe qui animera les groupes, il y aura notamment @Doan Anh Pham Ubisoft, @Jacques Arnould (CNES), @Quentin Bisalli (Futuribles), @Valérie Chartrain (Mycelium Creative Studio), @Aimée Cippe (Centre Spatial Guyanais), @Christian Gatard (Comptoir de Prospective), @Sébastien Lombard (CNES), @Régine Monti (GERPA), @Olivier Parent (Comptoir de Prospective), @Jean-François Soupizet (Futuribles), @Frédéric Weill (Futuribles), etc.


Rendez-vous aux étapes intermédiaires de cette aventure qui s'annonce passionnante!

27 vues0 commentaire